CECI n'est pas EXECUTE Fin Mars 1859

Année 1859 |

Fin Mars 1859

Alfred de Falloux à Mgr Parisis

Mars 1859,

Monseigneur,

Je veux vous remercier de l'indulgence que vous m'avez fait l'honneur d'accorder à une lettre qui ne visait point, je puis vous l'assurer, aux hautes destinées qui lui ont été faites et qui comptera certainement votre suffrage parmi ces plus précieux titres. Quant aux réserves concernant l'Univers, et à l'apologie persévérante sous votre plume, Monseigneur, de sa ligne et de son langage, pardonnez-moi de maintenir aussi, avec un respectueux regret, mon énergique protestation. Le petit nombre d'exemples d'indépendance rappelé par votre Grandeur, n'infirme point l'ensemble et la portée de son action générale et systématique. Cette action a été constamment de demander aux intelligences et aux caractères les contradictions, les palinodies, les condescendances les plus outrées et les plus désastreuses. Si l'intention est restée pure, ce que j'ai pas mission d'examiner, l'imprévoyance a été inexplicable. Vous voulez bien me rappeler, Monseigneur, les temps que nous avons passés ensemble dans deux assemblées délibérantes1 et vous me dites que c'est là que vous avez pris le goût d'un autre genre de gouvernement2. Aujourd'hui peut-être, ce nouveau gouvernement va vous inspirer à son tour le dégoût du pouvoir sans contrôle et sans contrepoids. Quel système alors allons nous voir prôner ? Que deviennent les consciences, que devient la dignité et la gravité du caractère chrétien entre ces fluctuations, ces ballottements d'un extrême à l'autre, et ne valait-il pas mieux, lorsqu'on parlait tant d'exclure tous les partis, comprendre dans cette exclusion le parti du plus fort ? Voilà, Monseigneur, les doutes que j'ose vous soumettre encore. Il me semble que c'est répondre naturellement à la bonté et à la confiance que vous venez de me témoigner. Le moment approche certainement où, soit sous une forme, soit une autre, les cœurs sincères et dévoués vont se trouver rejetés dans de grandes luttes. Une franchise réciproque est donc le premier besoin et, il me semble, le premier devoir, des uns vis-à-vis des autres.

Veuillez agréer ses sentiments, monseigneur, en même temps que ceux du respectueux et fidèle attachement de votre très humble et reconnaissant serviteur.

Falloux

Notes

1Il s'agit de l'Assemblée Constituante (1848-1849) et de l'Assemblée législative (1849-1851) où siégèrent Mgr Parisis et Falloux.
2Mgr Parisis, qui s'était très vite opposé au gouvernement républicain issu de la révolution de février 1848, avait fini par se rallier au coup d'état du 2 décembre.

Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «Fin Mars 1859», correspondance-falloux [En ligne], Second Empire, Année 1852-1870, Année 1859, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES,mis à jour le : 30/03/2013