CECI n'est pas EXECUTE 6 septembre 1857

Année 1857 |

6 septembre 1857

Henri Lacordaire à Alfred de Falloux

Sorèze1, 6 septembre 1857

Mon cher ami,

Je reçois seulement ce matin, à 8 heures, votre dépêche télégraphique du 4, où vous m'annoncez que Mme Swetchine est à toute extrémité2. Ce retard est dû à ce que notre bureau télégraphique le plus proche est Carcassonne, d'où il faut que les dépêches reviennent à Castelnaudary, puis à Sorèze. Je n'aurais pu, dans tous les cas, retourner à Paris, l'aumônier et le censeur ayant quitté Sorèze pour aller aux eaux, et la maison n'ayant plus d'autre autorité que moi. Je n'ai plus d'espérance de revoir cette chère amie, qui a été pour moi une seconde mère dans les moments les plus difficiles de ma vie. C'est à vous que je dois de l'avoir revue encore sur la terre. Votre avis m'est venu au moment où je pouvais encore disposer de quelques jours. J'ai reçu les derniers conseils de cette belle intelligence, vivifiée par un cœur dont je n'ai peut-être jamais rencontré l'égal. Je lui ai encore une fois donné le corps et le sang de celui qu'elle aimait par-dessus tout, et qui est aujourd'hui, sans doute, sa récompense. Son dernier regard sur moi a été une bénédiction, et s'il me reste le regret de n'avoir pu fermer ses yeux, du moins je l'ai vue et entretenue au bord de sa tombe, et la mémoire m'en restera jusqu'à mon dernier souffle.

Adieu, mon cher ami, je vous remercie et vous demeure bien sincèrement dévoué.

Fr. Henri-Dominique Lacordaire, des Fr. Prêch.

*Lettre publiée dans Le Correspondant du 10 juin 1911.

Notes

1Depuis le 27 juin 1854, le P. Lacordaire s'est vu confier la direction du collège de Sorèze, dans le Tarn.
2Madame Swetchine, leur amie commune, était en train de vivre ses derniers moments ; elle mourut le 10 septembre 1857.

Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «6 septembre 1857», correspondance-falloux [En ligne], BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, Second Empire, Année 1852-1870, Année 1857,mis à jour le : 14/09/2013