CECI n'est pas EXECUTE 21 novembre 1870

1870 |

21 novembre 1870

Jules de Bertou à Alfred de Falloux

Rochecotte, lundi 21 novembre 1870

Quand je vous écrivais hier que je me réjouissais à l'annonce de l'armement d'une flotte dans la Méditerranée je la supposais destinée à une action commune avec l'Angleterre et cette communauté sur un point me faisait espèrer l'alliance sur le reste. Je m'étais trop hâté. Je n'avais pas eu le temps de m'enquérir du fond des choses et ce n'est qu'après l'heure du courrier que j'ai su que cette flotte est destinée à protéger Tunis contre les prétentions de la Porte. Le grand Turc nous voyant dans l'état où nous sommes en profiterait pour faire entrer sous son obéissance le bey de Tunis que nous avons depuis longtemps plus ou moins aidé à s'en affranchir. Si nous laissons le sultan agir là sans lui montrer les dents n'y aurait[-il] pas à craindre que le lendemain il ne voulut rentrer aussi en Algérie?  Et alors de quel oeil l'Angleterre envisagerait-elle tout cela. La Prusse s'est elle rendue compte de cette situation et veut-elle jeter ce chat dans l'entente possible de l'Angleterre et de la France dans cette question d'Orient soulevée par les prétentions russes ??? Je tenterai de causer de cette grave question avec M. Thiers et demain, si j'ai réussi, je vous en réparlerai.

Hilaire [de Lacombe] a beaucoup demandé qu'on vous donnat la conviction que dans les conversations qu'il a eu en voyageant un dans celles qu'il faut avoir ici ; son langage est toujours conforme à vos désirs et nullement du côté que l'on pourrait croire. Depuis deux jours j'ai beaucoup causé moi même avec celui que j'ai conduit l'autre jour près de votre lit et j'ai toujours obtenu des déclarations excellentes quant à ce qu'il y aurait de meilleur, mais avec cette réserve que le courant d'opinion n'est pas là. Je ne lâche pas prise mais que peut un pauvre isolé qui n'a d'autre moyen de persuasion que sa propre conviction!! C'est un bien petit appoint dans la balance.

P.S. Je ne suis pas allé à Tours, retenu ici par quelques arrangements à prendre pour les blessés que l'on annonce être prêt à envoyer à la petite ambulance de Madame de Cast[ellane] et aussi arrêté par l'horrible temps qui a succédé au beau soleil de ce matin. Paul est passé à 2 h. Je l'ai vu au train, il m'a dit que son beau frère André est un peu malade.  J'ai eu ce matin d'excellentes nouvelles de Ludovic par la charitable princesse et Mad[ame] de Castellane par la Pesse Leonide qui attend le trop charmant prisonnier que l'on s'arrache.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «21 novembre 1870», correspondance-falloux [En ligne], BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, Troisième République, 1870,mis à jour le : 06/04/2013