CECI n'est pas EXECUTE 6 avril 1874

1874 |

6 avril 1874

André Mézières à Alfred de Falloux

 Paris, 6 avril [1874]

Monsieur le Comte et illustre confrère, votre approbation m'est particuliérement précieuse. Je n'oublierai jamais l'appui que vous m'avez prêté pour entrer à l'Académie1. Il était de mon devoir d'essayer de faire de mon mieux, pour justifier votre choix dans une circonstance où j'avais l'honneur de parler au nom de notre compagnie. Puissé je n'avoir pas été trop au-dessous de ma tâche !

Je goûtais fort le livre de M. Bonneau-Avenant2 si avenant ; mais ce n'est pas moi qui ai eu à en rendre compte dans la commission. Le rapporteur a proposé et la commission a accepté de l'écarter. Je le regrette d'autant plus maintenant que je sais l'intérêt que vous portez au livre3 et à l'auteur.

Notre <mot illisible> est très nombreux (127 ouvrages) et très distingué. C'est pour cela sans doute que la duchesse d'Aiguillon n'a pu être réservée.

Recevez, je vous prie, Monsieur le Comte et cher confrère, l'assurance de mes sentiments les plus respectueusement dévoués.

A. Mézières

 

1André Mézières dont la candidature avait été appuyé par Falloux venait d'être élu à l'académie française le 29 janvier 1874.

2Bonneau-Avenant, Alfred (1823-1889), historien.

3La Duchesse d'Aiguillon, nièce du Cardinal de Richelieu. Sa vie et ses oeuvres charitables, 1604-1675. Le livre sera édité en 1879 (Paris, Didier, 492 p.). 


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «6 avril 1874», correspondance-falloux [En ligne], 1874, CORRESPONDANCES, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, Troisième République,mis à jour le : 13/02/2014