CECI n'est pas EXECUTE 11 février 1871

1871 |

11 février 1871

Bourg d'Iré, 11 février 1871

Cher ami,

C'est bien du bijou enfermé dans sa boîte qu'il s'agit et non de vos lettres en surté [sic] depuis longtemps. Je m'assosie [sic] tout à fait aux observations de Madeleine1 et je vous engage beaucoup d'insister auprès d'Antoine [de Castellane] pour sa gouverne ultérieure. Je comprends parfaitement l'intérêt de Louis Blanc2 s'efforçant de restreindre le mandat de l'assemblée actuelle à la signature de la paix mais je ne comprends pas le marquis de Biencourt3 et l'Union de l'Ouest lui servant d'écot [sic] c'est-à-dire de dupe. Nous n'aurons jamais des éléctions aussi unanimes et aussi populaires que celles-ci ; la question de paix ou guerre a dominé tous nos éléments de discorde mais ces éléments subsistent et les démagogues y comptent bien pour prendre leur revanche ; ils croient la France plutôt effrayée qu'éclairée et convertie. C'est donc absolument jouer leur jeu que de contester, diminuer ou compromettre sous quelques formes que ce soit l'otorité [sic] de l'assemblée. Si elle ne prend pas d'une main très ferme la direction de notre pays elle le replongera promptement dans l'anarchie et ne nous sauvera de la guerre étrangère que pour nous dotter [sic] de la guerre civile.

Si vous partagez mon opinion à ce sujet et je vous engage à écrire vivement dans ce sens à Antoine, sans oublier Gustave4 et Léon5 dont la plume a acquis une si juste importance par leur héroïque résistance à Gambetta6. Les débuts de l'Assemblée vont avoir une extrême portée et si les uns font de la chevalerie démocratique pendant que les autres feront de l'intrigue orléaniste ou bonapartiste Louis Blanc n'aura qu'à se frotter les mains. Voici une lettre qui arrive pour vous dans une enveloppe ouverte. Nous avons enfin un mot d'Albert [de Rességuier] du cinq février incertain encore s'il part pour Pau ou pour Bordeaux7 mais paraissant décidé à emmener Berthe8 en tous les cas.

Nous comprenons à merveille tous les désirs de départ pour Bordeaux et nous nous y assosions [sic] de grand cœur bien qu'il nous en coûte de vous voir vous éloigner indéfiniment.

1Madeleine de Castellane (1847-1934), née Leclerc de Juigné, mariée le 3 avril 1866 avec le marquis Antoine de Castellane.

2Blanc, Louis (1811-1882), journaliste, historien et homme politique. Membre du gouvernement provisoire en 1848, tenu pour responsable des émeutes de juin 1848, il fut contraint à l'exil. Revenu en France après le 4 septembre 1870, il se fit élire à l'Assemblée nationale de 1871 où il siégeait à l'extrême-gauche. Il sera réélu et votera avec l'Union républicaine jusqu'à sa mort. Il écrivit une importante Histoire de la révolution française (1878, 15 vols.)

3Biencourt, Charles Marie Christian, marquis de (1826-1914). Légitimiste, il ccollaborait à plusieurs journaux dont la Gazette de France, Le Correspondant. Il publia plusieurs ouvrages de propagande, notamment Le suffrage universel et le droit des minorités.

4Sans doute Gustave Leclerc de Juigné, comte de (1825-1900), homme politique français. Député de Loire-Inférieure de 1871 à 1898. Légitimiste ardent, il se fit inscrire à la réunion des Réservoirs.

5Son cousin Charles Léon Ernest Leclerc, marquis de Juigné (1825-1886), homme politique. Propriétaire du château de Juigné-sur-Sarthe (Sarthe), il était membre de l'Assemblée nationale du 8 février 1871 où il siégeait avec les légitimistes; il était inscrit à la réunion Colbert et à celle des Réservoirs. Le comte et le marquis sont cousins. Plus modéré que son cousin, le marquis est un proche de Falloux.

6Démissionnaire du gouvernement de défense nationale, Léon Gambetta fut élu le 8 février 1871 à la nouvelle Assemblée nationale par 9 départements.

7Siège de la nouvelle Assemblée nationale au sein de laquelle Albert de Rességuier venait d'être élu.

8Berthe (1850-1899), fille cadette d'A. de Rességuier.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «11 février 1871», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1871,mis à jour le : 06/11/2014