CECI n'est pas EXECUTE 7 décembre 1874

1874 |

7 décembre 1874

Bourg d'Iré, 7 décembre 1874

Cher Seigneur,

Vous êtes vraiment agaçant pour vos ennemis, et c'est toujours le moment où ils vous prodiguent l'injure que vous choisissez pour ajouter un nouvel éclat à votre nomet rendre quelque signalé service. Challemel-Lacour1 a été habile, mais il l'aurait été bien davantage s'il avait mieux étudié l'abrutissement actuel de la presse catholique, et s'il vous avait dit : « Je vous prendrai pour le représentant de Rome quand je vous verrai sur la tête, un chapeau de cardinal ». Espérons que cet argument sans réplique ne se présentera pas à la tribune, et que l'heureuse ignorance de nos adversaires nous préservera de leur logique !

J'ai envoyé hier, à votre adresse l'Etoile contenant ma correspondance avec l'abbé Bourquard2, ce qui équivaut à dire avec l'évêque d'Angers3. Je mets également à votre disposition le volume de l'abbé Fèvre4 qui se trouve en la possession d'Albert de Rességuier], et je le lui écris par le même courrier. Je demeure toujours sans comprendre que l'archevêque de Paris5, ou tout autre de vos collègues dans l'épiscopat, demeurent désarmés et muets devant de telles infamies destinées à leurs séminaires. Je vous recommande particuliérement la page 561 sur Judas, et à partir de là jusqu'à la page 700. C'est tout ce que j'ai lu, mais cela suffit pour que je sois très décidé à agir d'une façon quelconque si, ni le Garde des Sceaux6, ni le Nonce7, ni l'épiscopat ne trouvent rien à faire ou rien à dire.

Votre plus respectueusement ami.

 

1Challemel-Lacour, Paul Armand (1827-1896), homme politique. Fondateur, avec L. Gambetta, de la Revue politique, il entra en 1872 à l'Assemblée nationale (Bouches-du-Rhône) où il siégea à l'Union républicaine. Elu sénateur le 30 janvier 1876, il adhéra à la politique opportuniste et soutint le projet de loi Ferry se faisant remarquer, en juillet 1876, lors de la discussion de la loi sur la collation des grades. Promu ambassadeur de France en Suisse puis à Londres, il quitta ses fonctions pour entrer, le 21 février 1882, comme ministre des affaires étrangères dans le ministère Ferry.

2Laurent Casimir Bourquard ( 1820- 1900). ordonné prêtre en 1843, il devint professeur de philosophie à Besançon avant d'obtenir la chaire de philosophie à l'Université catholique d'Angers, dés son ouverture, en 1879. C'était un proche de Mgr Freppel qui le nomma chanoine d'Angers.

3Mgr Freppel.

4Fèvre, Justin (1829-1907) curé, prélat de la Maison du pape en 1863, vicaire général de l'évêque d'Amiens, Mgr Jacquenet, de 1881 à 1884, publiciste, il se distingua par ses attaques contre les catholiques libéraux.

5Mgr Guibert Joseph-Hyppolyte (1802-1886), archevêque de Paris depuis 1871, il avait été nommé cardinal par Pie IX en 1873.

6Le ministre de la Justice et des Cultes est alors Adrien Tailhand.

7Meglia Pie Francesco (1810-1883), nonce à Munich de 1866 à 1874, puis à Paris jusqu'en 1879 date à laquelle il sera élevé au cardinalat.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «7 décembre 1874», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1874,mis à jour le : 30/11/2014