CECI n'est pas EXECUTE 5 janvier 1875

1875 |

5 janvier 1875

5 janvier 18751

Mon cher ami,

Lors même qu'il s'agirait de persuader, je me croirais encore moins apte à persuader que vous et plusieurs de nos amis qui connaissent à la fois le dessus et le dessous des cartes. Mais, ce n'est point de persuasion qu'il s'agit. X., Y. et leurs analogues pensent absolument comme vous et moi ; mais ils ont une faiblesse ou des faiblesses qui les feront reculer, tant que la tribune ne mettra pas leur conscience au pied du mur. La tribune ! La tribune ! Le scrutin ! Le scrutin ! Et si ces deux degrés de juridiction échouent, la dissolution ! La dissolution ! Si j'étais à Versailles, je ne tiendrais pas un autre langage. On me dirait alors que j'apporte des théories et des niaiseries de soltaire, et on ne m'écouterait plus dés le second jour. Je n'en partirais pas moins si j'avais des forces, car quelques discours perdus ne seraient ni un grand malheur, ni une grande nouveauté dans ma vie...Mais, les forces, je ne les ai pas, et il faut bien prendre pour la volonté de Dieu un état aussi persévérant. Je vais mieux, mais au prix d'un genre de vie incompatible avec l'action de Versailles, par exemple à la condition de me coucher comme les poules sans me lever comme elles – et tout le reste à l'avenant.

Quant au septennat impersonnel, demandez à Rességuier ce que j'en pense ; il vous dira que j'ai fait, l'année dernière, une campagne près de lui-même, pour démontrer que le septennat personnel était le comble de l'imprudence, une prime à l'assassinat, une loterie folle sur un seul numéro, etc., etc. La réponse était : Vous avez peut-être raison en principe, mais en fait ! ...Eh bien ! cher ami, je ne puis raisonner qu'en principe, et le fait c'est vous seuls qui en êtes juges, et on m'arrêtera toujours du premier coup par ce triste mot. Luttez donc, luttez corps à corps, luttez en bataille rangée, et, si vous êtes vaincus, mettez du moins le courage et l'honneur du côté du patriotisme.

Mille vœux du fond de l'âme.

Alfred

 

1Lettre publiée par Charles de Lacombe, Journal politique, T. 2, p. 127-128.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «5 janvier 1875», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1875,mis à jour le : 24/10/2015