CECI n'est pas EXECUTE 2 novembre 1873

1873 |

2 novembre 1873

Anna de Montalembert & Elisabeth de Meaux à Alfred de Falloux

Versailles, ce dimanche 2 novembre 1873

Cher Monsieur,

Je pars pour Marmontin voir Catherine1. Voulez-vous nous recevoir Thérèse2, Mme Leduc, une femme de chambre et moi jeudi.

[Mme de Montalembert]

J'ai enlevé cette lettre à ma mère3, cher Monsieur, parce que l'heure inexorable du chemin de fer était là, et c'était d'ailleurs une bonne fortune pour moi que cette occasion de vous faire de loin faute de mieux, une petite visite. Serez-vous assez bon pour répondre à ma mère à Tours, hôtel de l'Univers, et lui dire là si ses projets vous agréent. Rien ne lui serait plus facile que de rester un jour ou deux de plus à Tours si le jeudi pour une raison quelconque vous était moins commode qu'un autre jour pour son arrivée. Parlez donc bien franchement et veuillez aussi rappeler à maman les heures les plus favorables pour vous rejoindre car je sais qu'elle a beaucoup de peine à s'y reconnaître.

Je n'ai qu'un instant pour ajouter à quel point je suis heureux de sentir ma mère s'acheminer vers vous, d'être sûre de tout le bien que vous allez lui faire encore, et de ce que chacun au Bourg d'Iré va lui apporter de sérénité et de force après tant d'émotions et dans le trouble qui en est inséparable. Vous croirez sans peine que nous la regardons d'un œil d'envie, tout pénétré de son bonheur. Pour cela nous n'aurions pas besoin du deuil4 poignant qui pèse sur nos âmes à tous. Mais au milieu de telles épreuves, qu'il nous serait deux fois secourable de nous trouver près de vous. Mon pauvre mari5 a été anéanti au premier instant, et reste malheureux comme un homme à qui famille, foyer, tout échappe à la fois, cependant il ne déssespère pas de vous, de la vie de ce pauvre pays, comme il serait au moins accusable de le faire dans un pareil désastre. Il avait cru un moment à la régence d'un des princes6 ce qui aurait été, n'est-ce pas la grande, la vraie solution, et il repassait avec un retour d'espoir vos pronostics du Bourg d'Iré quand nous avions le bonheur d'y causer avec vous. Les princes [mot illisible] positivement et on en est aujourd'hui à la prorogation des pouvoirs du Maréchal7 pour 10 ans, avec prorogation de la chambre pour 3 ans au moins, puis droit de dissolution réservé au pouvoir exécutif avec toutes les autres attributions, et au-delà si c'était possible, de la royauté. Pendant que je vous écris on débat toutes les solutions aux réservoirs8 et je ne puis malheureusement attendre la fin de cette séance pour fermer cette lettre car je retourne moi-même ce soir en Forez pour recevoir ma sœur, et il faut que je songe à gagner Paris. Pardonnez donc ce mot bien vide et qui ne vous apprend rien, mais qui vous porte du moins la prière la plus instante de ne pas abandonner de votre affection et de vos lumières ceux qui se débattent dans les plus abominables ténèbres qui aient jamais pu paralyser homme de bonne volonté.

Mes tendres respects à Mme de Falloux et à Mme de Caradeuc, mes amitiés bien vives à Mlle Loyde, je vous en prie et encore une fois, si vous le permettez, avec un grand soupir de regret pour moi, ma joie bien vive de sentir ma mère remise entre leurs mains et les vôtres.

Montalembert, Ctesse de Meaux9

1Catherine de Montalembert (1841-1926), devenue religieuse du Sacré-Coeur.

2Thérèse de Montalembert (1856-1924), fille cadette de Mme de Montalembert, née de Mérode (1818-1904).

3Anna de Montalembert (1818-1904), veuve de Charles de Montalembert.

4Charles de Montalembert, décédé le 13 mars 1870.

6La droite, à l’exception des légitimistes fidèles au comte de Chambord, pense alors au Duc d’Aumale.

7Maréchal Mac Mahon.

8La réunion des Réservoirs qui se tenait l'hôtel du même nom comprenait tous les députés de la droite.

9Elisabeth de Meaux (1837-1913), fille ainée de Mme de Montalembert, elle avait épousé Camille de Meaux en 1858.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «2 novembre 1873», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1873,mis à jour le : 22/04/2019