CECI n'est pas EXECUTE 30 juillet 1883

1883 |

30 juillet 1883

Alfred de Falloux à Pauline de Castellane

30 juillet 1883*

Chère Madame,

Vous avez dû recevoir rue Barbet de Jouy1, une lettre de moi contenant un bien vif remerciement pour M. de Juigné2. J’envoie encore cette lettre-ci à la même adresse, pensant qu’en cas d’erreur sur votre marche, il sera plus court de faire aller une lettre de Paris dans la Sarthe que d’en faire revenir une de la Sarthe à Paris. Je serai probablement fixé là-dessus par un mot de vous à La Combe3 où j’arriverai tantôt mais je veux d’abord m’acquitter de mon compte rendu rétrospectif.

J’ai fait un très agréable déjeuner, dans un très agréable lieu chez M. Dufresne4, à Hermance5, avec M. l’abbé Carry6 et M. Théodore de la Rive7. Les deux maîtresses de maison, qui m’avaient demandé un retard que je n’étais pas en mesure d’accorder, avaient été obligé de partir pour Lyon. Le docteur8 et ses deux fils étaient seuls présents. Le docteur qui parlait tendrement, mais assez justement de M. le comte de Chambord et de M. de Blacas9, qu’il a quelquefois soigné à Genève, m’a signalé un singulier fait de caractère dans le malheureux prince. Il lisait à fond, aimait à citer toutes les maladies et toutes les médecines de sa race, en s’en faisant une application préventive. Il savait pour ainsi dire, par cœur, les narrations très développées de Fago, sur les moindres indispositions de Louis XIV et les mémoires plus intéressantes du médecin de Louis XIII, qui ont été publiées assez récemment et dont le nom est assez connu de tout le monde aujourd’hui aux dépens de son malade et, si je m’en souviens bien, Hérouard.

De Genève, je suis venu ici passer mon dimanche avec l’archevêque10 sous les yeux, durant la grande messe, les vêpres et le salut. On m’avait dit à Hermance que c’était un homme insignifiant. Je m’en suis donc tenu à la vue. J’ai visité tout le reste avec agrément et sans incident digne d’être noté. L’abbé Carry m’a de nouveau promis qu’il enverrait d’ici à huit ou dix jours au Moniteur de Rome un article sur l’évêque d’Orléans11 et l’abbé Lagrange12 en insistant beaucoup pour qu’on y retranchât ni modifiât une seule ligne. Il enverra ses articles à Rochecotte et au Bourg d’Iré. Je lui ai répété que très probablement vous et très certainement moi, nous nous abonnerions au Moniteur de Rome qu’après bonne espérance. Il l’a parfaitement compris et accepté.

Je vous écrirai, dés demain, de La Combe, si j’y ai trouvé l’abbé Lagrange en y arrivant ce soir.

Comment vont les reins de l’abbé Couvreux ?

A. de F.

 

*Archives nationales. Fonds Castellane

1Domicile parisien de Pauline de Castellane.

2Juigné, Charles Gustave Leclerc de, comte de (1825-1900), homme politique français. Député de Loire-Inférieure de 1871 à 1898. Légitimiste ardent, il se fit inscrire à la réunion des Réservoirs.

3Situé sur la commune de Lancey, en Isère, le château de La Combe avait été acheté par la famille du Boÿs, magistrats grenoblois. Mgr Dupanloup, évêque d'Orléans, y séjournait régulièrement. Le château était devenu alors un foyer du catholicisme libéral en Dauphiné.

4Édouard Dufresne (1818-1898), médecin et géographe suisse.

5Hermance, commune suisse du canton de Genève.

6Carry, Eugène (1853-1912), prêtre genevois.

7Théodore de La Rive ( ?-?), historien catholique suisse, un proche de Mgr Mermillod. Mermillod, Gaspard (1824-1892, ordonné prêtre en 1847, il fut nommé curé à Genève (1857), chargé du canton de Genève (1864), puis vicaire apostolique de Genève, détaché de Lausanne (1873), ce qui provoqua une réaction du gouvernement suisse et son exil. Intransigeant, proche des frères Veuillot, il figurait parmi les partisans les plus ardents d'une définition de l'infaillibilité pontificale. Il sera nommé cardinal en 1890.

8Docteur Dufresne, voir note supra.

9Blacas d'Aulps, Stanislas Pierre Joseph Yves Marie de, comte de Blacas (1818-1887), homme politique. Il est le représentant du comte de Chambord en France.

10François-Albert Leuillieux (1823-1893), archevêque de Chambéry ?

12François Lagrange (1827-1895), secrétaire de Mgr Dupanloup; vicaire général d'Orléans en 1860, chanoine titulaire de Paris en 1880, évêque de Chartres en 1889. Il venait de publier une importante biographie de Mgr Dupanloup, Vie de Mgr Dupanloup, évêque d'Orléans, 3 vol., Paris, 1883-1884.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «30 juillet 1883», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1883,mis à jour le : 14/12/2019