CECI n'est pas EXECUTE 20 novembre 1857

Année 1857 |

20 novembre 1857

Xavier de Ravignan à Alfred de Falloux

Paris, 20 novembre 1857

Mon bien cher comte,

Voici la réponse du R.S. assistant de France à Rome, successeur du P. Rozaven1 et dépositaire de ses papiers. Il regrette avec nous n'avoir rien à vous transmettre. Le P. Rozaven a brûlé tous les papiers concernant les Russes. Sans écrit, nous savons que le P. Rozaven fut l'instrument de Dieu pour amener à l'unité cette grande âme qui lui conservait le souvenir le plus tendrement dévoué. Voici du moins la copie exacte de tout ce qui est écrit sur les deux livres de prières que vous avez eu la bonté de nous donner. Quant aux quelques lettres que nous pouvons avoir de Mme de Swetchine, elles ne sont pas des correspondances propres à vous être utiles. Je vous laisse à votre religieux travail ; ma présence de vous aiderait guère, je ne suis plus bon à rien. D'ailleurs ma vie toute de règle ne me permet ces excursions que pour le ministère des âmes. Mon zèle près de vous irait chercher et acquérir, mais non donner; et c'est une consolation dont je dois me priver. Mais j'ai le plus intime besoin de vous répéter que mon âme est pénétrée pour vous, mon cher comte, des sentiments les plus profonds de reconnaissance et de dévouement.

X. de Ravignan

Rome 14 novembre 1857

Mon révérend père, J'ai revu un à un tous les écrits qui me restent du P. Rozaven : je n'ai rien trouvé concernant Mme Swetchine, ni lettres, ni notes sur sa conversion. Vous savez que tous les papiers de nos R.P. furent saisis et examinés par la police russe en 1815 à Saint-Pétersbourg,que les pièces compromettantes auprès de cette police étaient celles qui avait en rapport aux conversions ;vous le savez bien et le P. Rozaven était trop prudent pour garder des écrits de ce genre. J'ignore si plus tard une correspondance un peu suivie à exister entre le P. et son illustre convertie : le fait est qu'il n'en reste pas trace. Je regrette beaucoup de ne pouvoir rendre à M. le comte de Falloux le service qu'il réclame.

Notes

1Le Père Jean-Louis de Lésseigues de Rozaven (1772-851), de l'ordre des jésuites, fut à l'origine de plusieurs conversions dans l'aristocratie russe, en particulier de celle de Mme Swetchine.

Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «20 novembre 1857», correspondance-falloux [En ligne], Second Empire, Année 1852-1870, Année 1857, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES,mis à jour le : 14/09/2013