CECI n'est pas EXECUTE 14 juillet 1866

Année 1866 |

14 juillet 1866

Alfred-Auguste Cuvillier-Fleury à Augustin Galitzin

14 juillet 1866

Monsieur,

J'ai vivement regretté qu'une indisposition qui me retient à la chambre depuis 8 jours, m'ait empêché de répondre plutôt à la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire. J'aurai certainement aimé à causer avec vous de beaucoup de choses, et notamment celle dont vous m'entretenez. Le comte de Falloux a prévu que je n'aurais pas sérieusement voix au chapitre, dans un journal1 où mon rôle comme celui de Saint Marc Girardin2 et même de Paradol3, est devenu exclusivement littéraire. Il me l'a écrit et il s'y résigne. Quant à cette neutralité que vous demandez tout au moins, pour ce vrai libéral et ce galant homme, d'un courage si éprouvé et d'un esprit si distingué, je ne sais si nous l'obtiendrons ; mais ce ne sera pas ma faute. Je voudrais à ce propos avoir entre les mains sa circulaire électorale que j'ai lue dans un journal du soir, et qui me parait pouvoir être insérée aux Débats. Je ne l'ai pas gardée. Pourriez-vous me l'envoyer par la poste? J'essaierai d'y joindre un commentaire de quelques lignes ; mais passera-t-il?

Hoe erat de monstrandum..

Veuillez Prince, agréer l'assurance de ma toute parfaite considération.

Cuvillier-Fleury

Notes

1Le Journal des débats politiques et littéraires.
2Marc dit Saint-Marc Girardin (1804-1873), journaliste et homme politique.  Après des débuts comme rédacteur au Journal des débats, il se porta candidat en Haute-Vienne. Élu du centre de 1834 à 1837, il rejoignit la majorité ministérielle de 1837 à 1839. Réélu de 1842 à 1846, puis de 1846 à 1848, il fut membre de la majorité conservatrice. Éloigné de la scène politique après 1848, il poursuivit son étroite collaboration avec le Journal des Débats. Élu à l'Assemblée de février 1871, il fit siégea au centre droit et fut élu vice-président de l'Assemblée en août 1871. Ayant joué, au sein de la droite, un rôle des plus actif à la chute de Thiers, il se sépara du Journal des Débats, rallié à la République, pour entrer au Journal de Paris.
3Prévost-Paradol, Lucien Anatole, (1829-1870), journaliste et diplomate. Délaissant son métier d’enseignant (professeur à l'Université d'Aix-en-Provence), il devint très vite l’un des journalistes les plus brillants de sa génération. Il était entré au Journal des Débats dont il fut l’un des meilleurs rédacteurs. Ardent défenseur des idées libérales (il joua un très grand rôle dans la création de l’Union libérale), il s’attira la sympathie des catholiques libéraux en prenant dés janvier 1860 la défense du pouvoir temporel. Peu après il fit paraître une brochure politique sur les anciens partis qui lui valut une condamnation à un mois de prison et le rendit célèbre. Il entra à l’Académie le 7 avril 1865. En 1868, il publia La France nouvelle où il exposa son programme politique. Il fut nommé ambassadeur à Washington par E. Ollivier en 1870. Il se suicida le 11 juillet 1870 par désespoir à l'annonce de la déclaration de guerre franco-prussienne.

Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «14 juillet 1866», correspondance-falloux [En ligne], Second Empire, Année 1852-1870, Année 1866, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES,mis à jour le : 12/04/2013