CECI n'est pas EXECUTE Mars 1859

Année 1859 |

Mars 1859

Alfred de Falloux à Jules de Bertou

Mars 1859

Cher ami,

Je n'ai absolument entendu parler de quoi que soit de l'évêque de Rennes1. La poursuite est donc de pure invention comme mon exil dont la nouvelle m'arrive par tous les courriers. Les articles du marquis de Brézé2 avaient bien été le sujet d'une de nos conversations et je suis charmé que vous ayez pu lui en transmettre quelque chose. Je vous avais dit les torts du Correspondant à son égard, mais il vaut mieux que vous les ayez oubliés, puisqu'il ne vous en a pas parlé le premier, il préfère sans doute que l'Union soit censée avoir reçu une primeur. J'ai communiqué à Livonnière3 qui en sera désespéré, la résolution du Correspondant4 à son sujet. Voudriez-vous prier très instamment Cochin de s'assurer que du moins le manuscrit ne sera pas égaré, car il voudra lui donner une autre destination. Le plus sûr me semblerait de l'ôter d'abord à Douhaire5 et de le déposer dans un de vos tiroirs. Merci mille fois, cher ami, de l'envoi de ce matin. Veuillez assurer le jeune prince de Broglie6 de toute ma reconnaissance que je serais bien empressé de lui exprimer moi-même. Je n'avais pas écrit à Melle Rostopchine7 par ce que je croyais être sûr de l'avoir interrogé avant son départ, mais puisque tout semble désespérés du côté de Moscou, je m'en vais lui écrire à tout hasard. Je n'ajoute rien sur le bonheur que nous a causé la présence du père Gagarin, et sur vos travaux communs. Il va vous mettre simplement au courant et je compte sur vous pour lui répéter de votre côté toute ma reconnaissance. Il est fortement d'avis de la publication de Mme Swetchine dans le Correspondant. Au revoir, au revoir prochain, cher ami.

Alfred

Le père Gagarin vous remettra le premier chapitre de la vie8, destiné à Cochin et au Correspondant si rien n'est changé dans leur assentiment.

Notes

1Voir lettre de Berryer à Falloux du 4 mars 1859.
2Dreux-Brézé (1826-1904), Henri-Scipion-Charles, marquis de  figure importante du parti légitimiste, il était l'intermédiaire entre le comte de Chambord et le comités royalistes de 55 départements. Après la mort du comte de Chambord, il se rallia au comte de Paris.
3Pocquet de Livonnière, Marin Pierre Clément (1820-1865). Collaborateur à L’Union de l’Ouest de 1857 à 1858 où il soutint contre Veuillot une polémique sur la question des classiques dont la vivacité contraste avec le ton ordinaire de ses écrits. On a de lui Petits et grands (1860) précédé d’une lettre de Falloux dont il avait été longtemps le secrétaire et Un philosophe (1865).
4Il s'agit d'un article de Livonnière que le Correspondant avait refusé de publier.
5Douhaire, Pierre-Paul (1802-1889), catholique libéral bourguignon, apparenté à Théophile Foisset, secrétaire général pendant une trentaine d'années du Correspondant, il y assura notamment la chronique littéraire.
6Albert de Broglie.
7?
8Il s'agit de la biographie de Madame que Falloux s’apprêtait à publier, Mme Swetchine, sa vie et ses œuvres, 2 vols., Paris, 1860.

Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «Mars 1859», correspondance-falloux [En ligne], Second Empire, Année 1852-1870, Année 1859, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES,mis à jour le : 30/03/2013