CECI n'est pas EXECUTE 7 février 1880

1880 |

7 février 1880

Henri Wallon à Alfred de Falloux

Paris, 7 février 1880

Monsieur et très honoré confrère,

M. le comte de Rességuier que j'ai rencontré mercredi soir chez M. le duc de Broglie, m'a dit que vous ne tarderiez pas à venir à Paris et j'en serais très heureux à tous égards. Les élections académiques, en effet pourraient bien ne pas tourner mieux que celles du sénat. M. le duc de Broglie m'avait dit qu'on porterait M. Maxime du Camp1 au Ier fauteuil et moi au second, ce que je souhaitais d'ailleurs par affection pour mon regretté collègue St René de Taillandier, et j'avais agi en conséquence dans mes visites de candidature. Mais voici que, tout à coup, on s'est décidé à réserver à M. Maxime du Camp le second fauteuil en me reportant au Ier où j'aurai pour compétiteurs MM. Labiche2 et Laboulaye3 qui auraient pu, sur le second fauteuil, se joindre aux quinze dont j'ai été honoré dans une précédente élection, si comme j'avais lieu de l'espérer, elles me restaient fidèles. C'était donc une élection assurée. Or voici, au contraire, si je suis bien renseigné (et je crois l'être) ce qui va se passer. Les amis de M. Laboulaye qui seront en minorité au Ier tour, se reporteront sur M. Labiche, et M. Labiche étant nommé, ses amis se joindront aux autres pour porter au second fauteuil et faire triompher M. Laboulaye si bien qu'au lieu de gagner deux fauteuils vous en aurez perdu deux. Si, ce que je regretterais beaucoup, on maintenait entre M. Maxime du Camp et moi ce nouvel ordre de candidature, il faudrait que ceux qui m'ont honoré déjà de leurs suffrages me restassent si absolument fidèles dès le Ier tour de scrutin, qu'il n'y eut plus qu'une ou deux voix ou plus à conquérir pour m'assurer le succès ; et ce succès déciderait de l'autre : car l'académie m'ayant nommé ne voudrait pas elle un autre sénateur membre comme moi d'une autre académie le même jour. Sinon, je n'aurais rien de mieux à faire que de me retirer : car je suis peu disposé à faire le jeu des deux candidats auxquels on m'oppose.  

J'avais vu hier M. le duc de Broglie assez frappé des inconvénients que je lui signalais mais avant qu'il eût pu y aviser, M. Maxime du Camp avait écrit sa lettre de candidature pour le second fauteuil ce qui était, quant à lui, trancher la question. Quoiqu'il arrive, veuillez, Monsieur et très honoré confrère agréer l'assurance de mes sentiments affectueux et dévoués que rien ne pourra altérer.  

H. Wallon

Notes

1Du Camp, Maxime (1822-1894), essayiste et romancier. Proche de Flaubert, il fut un des fondateurs de la Revue de Paris qui publia Madame Bovary. Collaborateur de la Revue des Deux Mondes, auteur de plusieurs ouvrages dont les Convulsions de Paris, il fut élu à l'Académie française le 26 février 1880.
2Labiche, Eugène Marin (1815-1888), dramaturge et célèbre auteur de vaudevilles, il sera élu à l'Académie française, le même jour que M. du Camp, au fauteuil de Sylvestre de Sacy.
3Laboulaye, Édouard René Lefebvre de (1811-1883), juriste et homme politique. Professeur de législation comparée au Collège de France, il y fut élu administrateur en 1873. Collaborateur régulier du Journal des Débats, il fut un des fondateurs, en 1860, de La Revue nationale. Bien qu’il fut l’un des protagonistes de l’Union libérale, il ne se présenta pas aux élections de 1863. Candidat lors d’une élection partielle en 1866, il échoua comme en 1857, 1864, puis 1869. Élu le 2 juillet 1871, il siégea au Centre gauche avec des républicains soucieux comme lui d’ordre et de liberté. Proche de Thiers, il fut partisan d’une République « présidentielle ». Élu sénateur inamovible (décembre 1875), il continua de siéger au Centre gauche et s’opposa, en 1877, à Mac-Mahon, mettant en garde l’Assemblée contre les dangers du pouvoir personnel. Auteur de nombreux ouvrages, il se porta candidat à l'Académie française mais n'y fut jamais élu.

Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «7 février 1880», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, 1880, CORRESPONDANCES, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES,mis à jour le : 07/04/2013