CECI n'est pas EXECUTE 22 mars 1839

Année 1839 |

22 mars 1839

Joseph Mauloin à Alfred de Falloux

Abbaye de Melleray, 22 mars 1839

Monsieur le Comte,

Je suis  vraiment tout confus des termes pleins de délicatesse, dont vous vous servez dans votre lettre du Ier courant. A vous entendre parler, ce serait un honneur pour vous d'écrire à un pauvre religieux, que la nécessité, et la fâcheuse position de ses affaires obligent de faire un appel à votre générosité. Tout l'avantage et tout l'honneur est pour moi ; je suis trop heureux d'avoir trouvé dans vous, Mr le Comte, un homme disposé à rendre service à des nécessiteux que la société presque toute entière repousse et méprise.

Quant à ce que vous vous plaisez d'appeler votre très petite offrande, nous savons quelle. C'est en effet, quand on la compare à la grandeur de vos charitables désirs et de nos pressants besoins ; elle sera toutefois reçue avec actions de grâces, par des cœurs que la religion n'a pas dégradés, et qui sentiront vivement au contraire l'étendue de leur reconnaissance. Vous pouvez la faire verser à Nantes, chez Mr. Lallié, notaire, rue d'Orléans ; ou nous envoyer un bon à vue ; ou enfin faire remettre la somme au commissionnaire de l'abbaye, qui se trouve tous les mercredis à Châteaubriant, place St Nicolas. Il se nomme Bréjean, et est connu de toute la ville sous le nom de commissionnaire de l'abbaye.

Agréez les sentiments de reconnaissance avec lesquels j'ai l'honneur d'être.

Monsieur le Comte. Votre très humble serviteur.

F. Maxime, abbé de Melleray.

 


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «22 mars 1839», correspondance-falloux [En ligne], Monarchie de Juillet, Années 1837-1848, Année 1839, CORRESPONDANCES, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES,mis à jour le : 18/11/2013