CECI n'est pas EXECUTE 11 mai 1876

1876 |

11 mai 1876

Alfred de Falloux à Pauline de Castellane

11 mai 1876*

Chère Madame,

Monsieur de Bennetot1 a été votre fidèle interprète et le peintre très exact d'un tableau où nous avons puisé plus d'une consolation, en dehors de tout ce qui nous était personnel. J'aurais bien voulu aller vous remercier de vive voix, avant votre départ, et vous portez les plus tendres vœux de tout le Bourg d'Iré ;mais Dieu dispose et mon évêque2 s'oppose ! M. de Bennetot m'avait laissé à genoux, implorant miséricorde ; je viens d'être rudement relevé par un coup de pied lancé en pleine poitrine. L'évêque, en tournée pastorale dans les environs de Cholet, a daigné s'interrompre un instant pour écrire à Monsieur le curé de Segré qu'il n'eût point à se troubler pour si peu de chose que la fermeture d'un hospice3, qu'il serait bien aisé d'en reconstruire un autre et qu'ils ne pouvait pas déserter les plus hauts intérêts de l'Eglise, soutenu qu'il était dans cette lutte par le nonce4, l'archevêque de Paris5 et l'archevêque de Rennes6. Cette lettre, datée de La Chapelle-Rousselin7, paroisse que je crois dans le voisinage d'Armand de Maillé8, a été lue, lundi dernier, à haute voix, par M. le curé de Segré, à une conférence ecclésiastique du canton de Segré, et a été suivi de commentaires qui éloignent plus que jamais toute espérance de pacification. Segré en a immédiatement retenti, car cette conférence ecclésiastique se tenait presque à sa porte, et vous vous rendez aisément compte que l'agitation, déjà grande ne s'en est pas calmée. Je vais m'y rendre dans un instant et je vous promets d'y parler ou d'y agir en excellent chrétien. J'aurais aussi à y remercier de très nobles cœurs qui a eux seuls devraient faire réfléchir et rougir un évêque. Le plus riche propriétaire de Segré, mais catholiques de non seulement, m'écrit une admirable lettre pour s'offrir, lui et sa femme, au service des pauvres de l'hospice, à partir du jour où les sœurs l'auront quitté, exprimant en même temps l'espoir que ses amis se joindront à lui et que chacun tiendra à honneur de devenir serviteur et servant à l'hospice Swetchine (textuel). La suite au palais Radziwill9.

A. de F.

 

M. de Bennetot bien respectueusement reconnaissant de toutes les bontés de la rue de Grenelle, a beaucoup regretté de n'avoir pas revu M. l'abbé Couvreux lundi soir.

Votre billet a été expédié à M. de Bertou que nous attendons ici samedi soir.

 

 

 

*Archives du Maine-et-Loire

1Secrétaire de Falloux.

3Il s'agit de l'hospice Swetchine fondé par Falloux à Segré en 1864.

4Meglia Pie Francesco (1810-1883), nonce à Munich de 1866 à 1874, il avait été nommé peu après nonce à Paris. Il sera élevé au cardinalat en 1879.

5Mgr Guibert Joseph-Hyppolyte (1802-1886), archevêque de Paris depuis 1871, il avait été nommé cardinal par Pie IX en 1873. Il donnera sa bénédiction au mariage d'Anne de Mackau et du comte Humbert de Quinsonas célébré le 2 mai 1882 à l'église Saint-Philippe du Roule, à Paris.

6Godefroy de Brossais de Saint-Marc (1803-1878), ordonné prêtre en 1831, il est nommé évêque en 1841. En 1859, il était devenu le premier archevêque de Rennes.

7Commune de la circonscription de Cholet (Maine-et-Loire).

8Maillé, Armand Urbain Louis de La Jumellière de (1816-1903), député monarchiste de la circonscription de Cholet depuis 1871, il conservera son siège jusqu'en 1896, siégeant constamment avec l'Union des Droites.

9Marie Radziwill, née de Castellane et son époux le prince Anton Radziwill demeurent dans leur palais situé rue Wilhelmstrasse à Berlin.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «11 mai 1876», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1876,mis à jour le : 11/09/2015