CECI n'est pas EXECUTE 17 octobre 1879

1879 |

17 octobre 1879

Alfred de Falloux à Pauline de Castellane

17 octobre 1879

Chère Madame,

La sotte histoire de Nantes1 a eu le dénouement qu'elle devait avoir ; aucune tentation ou supplication, quelques respectueuses qu'elles fussent, entre autres de la part de Cumont, n'ont put rien obtenir et, M. Dufaure, qui me paraît avoir montré en cette occasion plus d'aménité qu'il n'en montre d'ordinaire, a fini par envoyer un refus motivé. Le nôtre s'en suivait tout naturellement et le mien est parti hier en trois lignes, sans explication. Voilà donc des compliments à faire à deux évêques et à deux archevêques ; grâce à Dieu on aura réussi à blesser profondément M. Dufaure et ses amis, à la veille du vote sur les lois Ferry.

Retournant aux pensées vulgaires et profanes, je viens demander à la plus jeune des deux marquises de Castellane2, si elle garde pour M. le Vieil-Castel3 le zèle empressé qu'elle avait pour Émile Ollivier4, et si elle se rendra à Paris pour recevoir des mains de Jardry5 le ou les billets qui lui sont réservés depuis le commencement du procès.

Je salue d'avance M. le comte de Rességuier avec toutes la vénération dont j'ai l'habitude depuis 70 ans environ. J'ose l'avertir cependant que ce sentiment s'évanouirait pour la première fois s'il faisait semblant de manquer le train de Saint-Patrice6 à Angers, lundi matin. J'ai adressé à Tain de bien sincères remerciements.

Nous venons de voir Fitz-James7, mais pas encore Madame de Miramont8, qui a de grands embarras de nourrice. Loyde y serait allé déjà si elle quittait sa grand-mère, et moi si je pouvais quitter ma gorge. J'ose espérer que le courrier va m'apporter tout à l'heure votre bulletin d'Orléans, aller et retour.

A. de F.

P.S. Mille remerciements à M. l'abbé Bernard9.

1Le 13 octobre le cénotaphe du général Lamoricière avait été inauguré par Mgr Freppel dans la cathédrale de Nantes. Voir lettre de Falloux à Lavedan du 17 octobre 1879, in Jean-Louis Ormières, Correspondance d'Alfred de Fallloux avec Léon Lavedan, Honoré Champion, Paris, 2013, 2 vols.

2Pauline de Castellane et sa belle-fille Madeleine de Castellane.

3Viel-Castel, Charles-Louis-Gaspard-Gabriel de Salviac, baron de (1800-1887), homme politique et historien. Directeur de affaires politiques au ministère des Affaires étrangères pendant la monarchie de Juillet, il rentra dans la vie privée après 1848. Auteur d'un Histoire de la restauration en 20 volumes (1870-1870), il collabora à plusieurs reprises à la Revue des Deux Mondes.

4Émile Ollivier (1825-1913), homme politique. Fils d’un Carbonaro républicain, il fut nommé par le gouvernement provisoire préfet de Marseille, le 27 février 1848; il avait alors 22 ans. Il se fit élire en 1857 au Corps Législatif. Républicain, il était néanmoins dépourvu de tout sectarisme. Il accueillit avec faveur l’orientation du régime vers le libéralisme, approuvant notamment le décret du 24 novembre 1860. Réélu en 1863, il fut appelé par l’Empereur pour diriger le gouvernement du 2 janvier 1870 .Exilé en Italie jusqu'en 1873, battu dans le Var en 1876 et en 1877, il consacra le reste de sa vie à la rédaction des dix-sept volumes de son Empire libéral. Il avait été élu à l'Académie française le 7 avril 1870.

5Ancien secrétaire de Falloux.

6Saint-Patrice, en Indre-et-Loire, c'est la gare la plus proche de Rochecotte.

7Fitz-James, Édouard, Antoine, Sidoine de (1828-1906), propriétaire du château de la Lorie, près de Segré, en Maine-et-Loire, et donc voisin de Falloux auquel il est lié d'amitié.

8Les Fitz-James et les Miramont étaient apparentés.

9Bernard Eugène (1833-1893).


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «17 octobre 1879», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1879,mis à jour le : 16/06/2017