CECI n'est pas EXECUTE 28 février 2018

1882 |

28 février 2018

Alfred de Falloux à Pauline de Castellane

Le 28 février 1882*

 

Chère Madame,

Je vois que vous êtes tous malades et cela ajoute au regret de ma réclusion, car j’aimerais bien mieux aller à Rochecotte pour vous soigner tous, y compris Jean, que d’aller m’asseoir à vos grands festins ; mais le Bourg d’Iré doit avoir forcément la préférence, car il est encore bien plus triste que tout autre lieu. Maintenant, Made de Caradeuc1 souffre et gémit beaucoup ; quand on lui demande où elle a mal, elle répond : nulle part ! Mais c’est en pleurant et souvent en poussant de petits cris très douloureux. Il est évident que sa tumeur demeure prodigieuse, doit être la cause de cette continuelle souffrance et les médecins déclarent toujours qu’il n’y a aucun remède. Les Pérignon2 viennent d’arriver à Paris en assez bon état ; Albert [de Rességuier] est donc au complet ; cependant il continue avec M. Roze3 à s’occuper de mes deux volumes4. Je commence à recevoir des épreuves, non pour les corriger, bien entendu, mais pour être, au fur et à mesure, dans la confidence de ce que ces Messieurs font de moi.

Je n’ai trouvé que deux lettres du Cte Conestabile qui eussent quelque importance, mais ces deux-là sont très développées et très belles. Je les envoie par le courrier de ce matin au baron d’Yvoire5, très fidèlement copiées et je garde les originaux, afin de ne pas les exposer aux chances de la poste.

Le baron d’Yvoire osera-t-il les publier dans leur intégralité ? Je ne le lui demande ni ne le lui interdis. Je donne ma langue au chat des affaires romaines ; c’est bien assez des affaires françaises et ce qui serait encore mieux, à mon âge, ce serait de ne plus m’occuper que de l’autre monde. Il paraît que c’est très difficile, car j’y suis très résolu et pourtant, j’y manque, puisque je commets encore des volumes. Mille et mille vœux pour tout le monde, aux malades pour qu’ils deviennent bien portant et aux bien portants pour qu’ils ne deviennent pas malades.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*Archives nationales. Fonds Castellane.

1Emilie-Marie-Charlotte de Caradeuc, née de Martel (1801-1882), belle-mère de Falloux.

2Demeurant dans leur château, à Finham (Tar-et-Garonne), les Pérignon sont alliés des Rességuier, une des filles d'Albert de Rességuier, Geneviève (1842-1904) ayant épousé Dieudonné Henri Marie de Pérignon (1840-1889).

3Roze Pierre-Gustave (1812-1883), militaire. Promu enseigne de vaisseau en 1837, il prit part à l'expédition du Mexique. Capitaine de vaisseau en 1856, contre-amiral en 1862, il fut nommé gouverneur de Cochinchine en 1865. Il quitta le service actif en 1877.

4F. Roze et A. de Rességuier travaillaient sur le manuscrit d'A. de Falloux qui devait réunir plusieurs de ses discours et brochures. L'ouvrage comprenait deux volumes qui seront publiés quelques mois plus tard sous le titre Discours et mélanges politiques, Paris Plon, 1882.

5Yvoire, François Bouvier baron d' (1834-1918), journaliste et homme politique. Entré en contact avec Mgr Dupanloup dés 1863, il devint un de ses proches et accepta sur ses instances, de diriger le Journal des Villes et des Campagnes en 1867 mais renonça quelques mois plus tard. Originaire de Haute-Savoie, il se présenta en 1869 contre le candidat officiel de ce département et fut élu avec les voix de Jules Favre qui s'était désisté en sa faveur. Militant de l'opposition libérale, il accueillait souvent Mgr Dupanloup à Yvoire. Candidat malheureux sous la République, il revint au journalisme, prenant, en mai 1876 la direction de La Défense, le journal de l'évêque d'Orléans. Deux ans plus tard, il quitte la direction du journal et se rend à Rome, où il se verra confier la rédaction du Journal de Rome fondé par le comte Conestabile pour soutenir l'action de Léon XIII. Revenu quelques mois plus tard en Savoie, il se rapprochera du comte de Paris et accueillera favorablement le Ralliement.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «28 février 2018», correspondance-falloux [En ligne], 1882, CORRESPONDANCES, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, Troisième République,mis à jour le : 31/12/2018