CECI n'est pas EXECUTE 20 juillet 1882

1882 |

20 juillet 1882

Alfred de Falloux à l'abbé Couvreux

20 juillet 1882*

Cher Monsieur l’abbé,

Vos bulletins me désolent de plus en plus et ne donnent que trop raison à ma mercuriale contre le voyage d’Annecy, qu’a dù vous apporter ma dernière lettre et que j’hésitais presque à vous envoyer. Puisse maintenant aux prochaines nouvelles ne pas justifier mon inquiétude et la vôtre sur la visite attendue. Je suis bien sûr que vous ne m’avez pas oublié après son résultat et je vous en remercie d’avance. Il y a bien des genres d’assassinats en ce monde qui ne sont pas justiciables des tribunaux et qui sont pourtant bien réels et bien criminels !

M. de Blois1 et son petit garçon m’ont quitté hier pour aller recevoir chez eux un oncle du côté Crémiers. Je les ai beaucoup regrettés, car ils commençaient, le petit garçon surtout, à se laisser aller un peu à la diversion qu’apporte forcément un changement de lieu et d’entourage. Notre dernier mot a été de nous donner rendez-vous à Rochecotte.

J’attends, dans 4 ou 5 jours, M. et Mme de Kernier2 qui viendront signer l’acte authentique de leur prise de possession. J’éprouverai, ce jour-là, une vraie consolation, car je serai sûr de faire plaisir à d’autres que moi et plus chères que moi. Ensuite, je m’occuperai de tenir ma parole à M. de Rességuier pour le rejoindre chez les Pérignon3. Ce sera la première fois que je verrai ce lieu et probablement mon dernier voyage, car je ne me comprends plus guère courant après quoi que ce soit. Bien entendu que je n’appellerai jamais une course les deux petites enjambées qui séparent le cul de sac des Jacobins4 et la gare de St-Patrice5.

A. de F.

*Archives nationales. Fonds Castellane.

1Blois Georges Aymar, comte de (1849-1906) neveu de Falloux. Maire de Daumeray (Maine-et-Loire) en 1888 puis conseiller général du canton de Durtal (Maine-et-Loire), il fut élu sénateur du Maine-et-Loire en 1895. Réélu en 1897 puis en 1906, il prit place au groupe de la droite monarchiste. Propriétaire d'un domaine agricole, ayant hérité de son oncle Falloux, les célèbres étables du Bourg d'Iré, il intervint dans la plupart des débats agricoles. Il publia les Mémoires d 'un royaliste de son oncle peu après son décès.

2Falloux venait de faire don du château de Caradeuc à Paul Le Cardinal, marquis de Kernier (1836-1888) et à son épouse, Gabrielle Hay des Nétumières (1835-1920) descendant de La Chalotais.

3Geneviève de Rességuier (1840-1889), la fille aînée d'Albert de Rességuier avait épousé Dieudonné Henri Marie de Pérignon (1840-1889).

4Demeure de Falloux à Angers, située Impasse des Jacobins.

5Si-Patrice (Indre-et-Loire) est la commune sur laquelle est situé Rochecotte, le château de Pauline de Castellane.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «20 juillet 1882», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1882,mis à jour le : 31/01/2019