CECI n'est pas EXECUTE 17 juin 1880

1880 |

17 juin 1880

Alfred de Falloux à Couvreux

17 Juin 1880*

Cher Monsieur l’abbé

Je m’étais un peu flatté que le tableau de la misère spirituelle du Bourg d’Iré vous y aurait attiré au dernier moment j’ai eu tout un renouvellement de chagrin en ne vous trouvant pas à la gare de Noyant1. J’ai eu pour consolation le très bon métal de Madame de Castellane, qui me charge expressément de vous dire qu’elle n’a manqué aucun train et qu’elle a divisé avec nous de bon appétit.

Ce matin je ne l’ai point encore vu, mais elle me fait dire que, sauf ses douleurs de rhumatismes, elle ne va pas mal.

Veuillez, à votre tour, cher Monsieur l’abbé, vous faire mon interprète auprès de Monsieur l’abbé Lagrange et de M. l’abbé Chapon2. J’apprends avec bonheur l’établissement à Paris qui, outre le mérite de la justice rendue, aura celui de rendre plus fréquentes et plus faciles entrevues toujours fort précieuses.

Le duc de Broglie m’a donné rendez-vous à Rochecotte pour l’automne, ; ne tacherez-vous pas dit être à cette époque-là ?

 

*Archives nationales. Fonds Castellane.

1Noyant-la-Gravoyère, gare du Maine-et-Loire, la plus proche du Bourg d’Iré.

2Chapon, Henri-Louis (1845-1925), ecclésiastique. Ordonné prêtre le 22 mai 1869 par Mgr Dupanloup, il sera vicaire général et chanoine honoraire de Nantes (1894) puis nommé évêque de Nice en 1896.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «17 juin 1880», correspondance-falloux [En ligne], 1880, CORRESPONDANCES, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, Troisième République,mis à jour le : 18/04/2019