CECI n'est pas EXECUTE 17 janvier 1880

1880 |

17 janvier 1880

Alfred de Falloux à Jules de Bertou

Le 17 janvier 1880

Cher ami,

Je crois que vous avez très bien fait de ne pas attendre une présentation officielle sur l’inamovibilité pour engager le combat, car il importe de prendre l’avance devant l’opinion et de prêter secours à ceux qui, soit dans le gouvernement, soit à côté, n’entrent qu’avec regret dans une voie si fatale. Ce que vous avez supprimé aurez paru, comme à vous, sujet à plusieurs inconvénients ; il ne fallait garder que l’entraînant et l’incontestable et je vois que c’est ce que vous avez fait. Merci et bravo !

M. Martin, successeur de M. Gérard, à Segré, a déjà reçu ces exemplaires de L’Unité nationale depuis plusieurs jours. Je ne comprendrais pas que M. Dolbeau1 fut en retard sur lui et je suppose plutôt qu’avec une nonchalance dont il n’est pas incapable, il attend tranquillement que vous envoyez chercher votre volume et celui de l’abbé Baudouin. C’est M. Lachèse2 que j’avais, comme de coutume, pris pour intermédiaire et il m’avait répondu avec son jeune empressement que mes instructions avaient été fidèlement transmises. Il ne m’a pas écrit depuis, ce qui me donne la certitude qu’il est malade et c’est pourquoi je ne lui envoie pas mes reproches directement.

Les candidats3 connus à l’académie sont M. Wallon, Laboulaye4, Mazade5 et Labiche6; l’inconnu serait l’objet de très violentes attaques de la par des journaux radicaux, ce qu’on veut épargner aussi longtemps que possible pour ne pas effaroucher des confrères timides. Dans les recommandations qui me sont faites outre celle de ne pas se fier à la poste et je m’y conforme, sans être très convaincu que ce n’est pas la précaution inutile. Dieu veuille nous guérir pour un prochain revoir !

Alfred

1Éditeur d’Angers.

2Éditeur d’Angers.

3Il s’agit des candidats à la succession de Silvestre de Sacy.

4Laboulaye Édouard-René Lefèbvre (1811-1883), jurisconsulte et homme politique. Il collabora au Journal des Débats et fut un des fondateurs, en 1860, de La Revue nationale. Bien qu’il fût l’un des protagonistes de l’Union libérale, il ne se présenta pas aux élections de 1863. Candidat lors d’une élection partielle en 1866, il échoua comme en 1857, 1864, puis 1869. Élu le 2 juillet 1871, il siégea au Centre gauche avec des républicains soucieux comme lui d’ordre et de liberté. Proche de Thiers, il fut partisan d’une République « présidentielle ». Élu sénateur inamovible (décembre 1875), il continua de siéger au Centre gauche et s’opposa, en 1877, à Mac-Mahon, mettant en garde l’Assemblée contre les dangers du pouvoir personnel.

5Mazade, Charles Louis Jean Robert de (1820-1893), historien et journaliste. Il était, depuis plusieurs années, le rédacteur politique de la Revue des Deux Mondes. On lui doit de nombreux ouvrages notamment L’Espagne moderne (1855), Lamartine, sa vie littéraire et politique (1872), L'opposition royaliste : Berryer, de Villèle, de Falloux (1894).

6Labiche ; Ernest (1815-1888), romancier et surtout auteur dramatique comique, il écrivit, seul ou en collaboration, une centaine de pièces de théâtre pour le Palais-Royal, les Variétés et le Vaudeville. Il sera élu à l’Académie française au siège de Silvestre de Sacy le 25 février 1880.


 


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «17 janvier 1880», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1880,mis à jour le : 21/03/2020