CECI n'est pas EXECUTE 3 février 1860

Année 1860 |

3 février 1860

Maxime de Damas à Alfred de Falloux

Paris, ce 3 février 1860

Mon cher comte, j’ai trouvé en arrivant à Paris deux volumes intitulés Madame Swetchine1, vous seul pouvez me les avoir adressés, vous m’avez rendu justice ; nous lisons ces pages non avec enthousiasme avec un sentiment de douceur qui laisse au cœur et au souvenir toute sa liberté, j’en jouis pleinement je tâche d’en profiter, et après les dernières pages, que je viens de lire, je recommencerai plus d’une fois sans doute pendant les jours que je passerai encore sur la terre.

Recevez donc mes remerciements sincères je voudrais dire profonds ; le salon de Madame Swetchine avait été ouvert presqu’à l’époque même de mon entrée dans le monde, mes occupations très diverses ne m’ont pas permis de la fréquenter souvent, mais je m’y suis toujours trouvé avec bonheur et sa mort me laisse de vifs regrets.

C’est encore à elle que je dois l’occasion que vous me donnez en ce moment, j’ai parlé d’elle et trouvé, mon cher comte, l’occasion de vous réitérer l’assurance de l’attachement que je vous ai voué il y a déjà bien des années.

Le Baron de Damas

1A. de Falloux, Mme Swetchine, sa vie et ses œuvres, 2 vols., Paris, A. Vaton, 1860.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «3 février 1860», correspondance-falloux [En ligne], Second Empire, Année 1852-1870, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, Année 1860,mis à jour le : 27/05/2021