CECI n'est pas EXECUTE 9 octobre 1855

Année 1855 |

9 octobre 1855

François de La Bouillerie à Alfred de Falloux

Carcassonne, le 9 octobre 1855

Croyez, bien chère Madame, qu’une absence déjà longue, et un silence tout aussi long ne m’ont pas empêché d'avoir constamment devant les yeux votre demande et votre affection qui me sont un véritable besoin. Mais je ne sais pourquoi j'ai exigé de moi-même, avant de vous écrire une installation complète1 et mon premier acte que je puisse vous présenter.

Il me semble qu’à vous on ne doit jamais venir les mains vides, et que vous êtes pour vos amis, comme le maître de l'Évangile qui demande 10 talents à qui en a reçu 5. C'est pour cela que j'accompagne ces lignes d'une lettre que je viens de publier et que je nomme mon premier manifeste. Ce sont quelques conseils pratiques sur la charité, que j'ai essayé de mettre à la portée de mon troupeau et que vous trouverez, je l'espère, sinon au niveau de votre esprit qui va plus haut du moins au niveau de votre cœur. J'enverrai ma lettre à quelques-uns de nos amis de Paris parce que j'ai la prétention que Paris même pourrait trouver son petit profit à cette charité de province. Maintenant pour ajouter un mot de mon installation, je ne puis assez vous dire avec quel enthousiasme de sympathie j'ai été accueilli en ce pays. Mes premiers pas ont ainsi été rendus très faciles et cela est bien quelque chose, quand on entre dans une voie, de ne pas trébucher au début.mais je me rappelle le proverbe arabe que vous m'avez cité : sur dix pas, les 9 premiers ne sont que la moitié du chemin. Je vous recommande ma route. J'ai eu avec mon excellent voisin Le père Lacordaire2, quelques bons et précieux rapports. Il est venu il y a quelques jours passer une matinée avec moi. Nous avons tant parlé de vous. Conservez moi, Madame, la bien tendre affection que je vous sais pour un des plus dévoués amis et qui sait vous la rendre.

François de La Boullierie

1François de La Bouillerie venait d’être nommé évêque de Carcassonne.

2Le dominicain est alors à Sorèze, dans le Tarn, département limitrophe de l’Aude.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «9 octobre 1855», correspondance-falloux [En ligne], Année 1852-1870, Second Empire, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, Année 1855,mis à jour le : 20/07/2022