CECI n'est pas EXECUTE 3 mars 1879

1879 |

3 mars 1879

Charles de Mazade à Alfred de Falloux

Paris, 3 mars 1879

Monsieur le Comte, Combien je suis sensible à l'offre si obligeante que vous me faites ! Je serais bien heureux de me rendre dés ce moment à votre gracieuse invitation et d'aller sous votre toit hospitalier recueillir tout ce que vous voudrez bien me dire de M. Berryer. Ce n'est pas un petit voyage qui m'effraierait surtout en étant sûr de trouver un tel prix au bout. J'ai malheureusement le regret de ne pouvoir m'absenter en ce moment. Je suis sûr que vous me conserverez votre bonne volonté. Je me suis dédommagé un peu en lisant tout récemment vos pages si intéressantes sur Mgr l'évêque d'Orléans1 qui me faisait l'honneur de me témoigner sa grande bonté. C'eut été pour moi, Monsieur le Comte, une double satisfaction de m'entretenir avec vous dans des moments comme ceux-ci. De grandes fautes, je le crains, je le crois, ont été commises depuis quelques années, et on les a expiés. D'autres à leur tout sont en train de commettre pis que des fautes. Les partis sont incurables et la France est leur grande victime,  à elle et à elle seule je réserve depuis longtemps mon culte, sans me faire illusion sur les épreuves qui peuvent l'atteindre encore. J'aurais été bien heureux de pouvoir causer de tout cela avec un homme tel que vous.

Recevez, Monsieur le Comte, la nouvelle assurance de ma considération particulière et de mon dévouement.

Ch. de Mazade

Notes

1Falloux venait de publier L'évêque d'Orléans, Paris, Didier, 1879, 211 p.

Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «3 mars 1879», correspondance-falloux [En ligne], BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, Troisième République, 1879,mis à jour le : 18/08/2012