CECI n'est pas EXECUTE 27 février 1878

1878 |

27 février 1878

Alfred de Falloux à Pauline de Castellane

27 février 1878

Chère Madame, M. de Bertou vous a écrit avant-hier le bon effet des sangsues auquel s'est ajouté depuis le bon effet d'une médecine. Néanmoins, à chacun de ces remèdes succèdent une faiblesse qui vaut mieux que la maladie mais qui tend peu à peu à en devenir une aussi et exige beaucoup de ménagements. Nous voyons donc avec grande douleur s'éloigner l'espérance de votre arrivée au Bourg d'Iré et de celle du cher abbé1, tout en comprenant bien que vos propres souffrances et le danger de Madelle Lecreux2 sont hélas ! un motif auquel on ne peut rien contester. Quant à nos projets d'Angers, ils restent à l'ordre du jour pour la seconde moitié du carême, et la santé seule pourrait être un obstacle, car mes deux pénitentes3 y tiennent beaucoup.

J'ai eu, hier, la visite de deux capucins et de deux curés ennemis. Pareil spectacle ne s'était pas vu au Bourg d'Iré, depuis bien des années. Est-ce le hasard ou l'inspiration du nouveau règne4 qui commence à souffler sur la chrétienté ? Nous le verrons par le choix du secrétaire d'État, car jusqu'ici chacun réclame Léon XIII pour soi. L'évêque d'Orléans5 vous écrit qu'il est ravi, et l'évêque d'A[ngers]6 dit que c'est le pape de ses rêves. En attendant que ceci s'éclaircisse, - ce qui ne peut tarder, - les frères Antonelli7 viennent d'avoir un premier jugement contre eux: ils sont condamnés aux dépens, et la preuve testimoniale est admise. On dit en outre, que ce scandale n'est pas le seul dans la même histoire, et Madame Cochin8 est revenue, paraît-il, fort mal édifiée de ce côté. Pour moi, je détourne autant que je le puis mon regard des vivants pour me renfermer dans le culte des morts. Cela me conduit à demander à l'abbé Couvreux s'il est en correspondance habituelle avec l'abbé Seigneur9. Dans ce cas, je lui demanderai de vouloir bien me faire une commission dans sa première lettre, sinon de me donner l'adresse et les titres actuels de l'abbé seigneur, afin que je puisse lui écrire directement.

Le pauvre Bertou est très étranglé, tout ces jours-ci, et je le soupçonne d'attendre qu'il soit fixé sur votre présence ici pour reprendre la route de Saint-Martin auquel il semble avoir pris quelque goût. Quelles nouvelles avez-vous de la rue de Grenelle10 ?

1Abbé Couvreux.

2Secrétaire de Pauline de Castellane.

3Loyde, sa fille et Mme de Caradeuc, sa belle-mère.

4Le règne de Léon XIII, successeur de Pie IX.

7Le comte Luigi Antonelli, conservateur au Vatican et son frère, Giacomo Antonelli (1806-1876), cardinal et homme de confiance de Pie IX, il avait occupé, depuis 1850, le poste de secrétaire d’État

8Cochin, Adeline, née Benoist d'Azy (1796-1880), veuve d'Augustin Cochin. Elle venait d'effectuer un séjour à Rome.

9Frère Louis Adrien Seigneur fut secrétaire de Lacordaire au cours des derniers mois de sa vie.

10Siège des députés conservateurs.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «27 février 1878», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1878,mis à jour le : 08/01/2016