CECI n'est pas EXECUTE 22 février 1880

1880 |

22 février 1880

Alfred de Falloux à Pauline de Castellane

 

Paris le 22 février 1880 *

Chère Madame,

J’ai toujours à Paris plus de besogne que de forces mais enfin je m’en tire comme je peux et je garde l’espoir de revoir encore Rochecotte.

Antoine [de Castellane] est venu me voir très aimablement à l’heure où il était sûr de me trouver et j’ai essayé de reprendre la conversation là où l’avait laissée ma dernière lettre ; mais sans aucune mauvaise humeur il a témoigné qu’il ne devait plus être question de tout cela pour le moment et il a parlé très tendrement de ses enfants.

J’ai été voir les Juigné sans les trouver et il en a été de même du marquis de Juigné1 à ma porte.

L’abbé Lagrange2 a reçu sans aucune difficulté mes compliments sur sa réponse au père Marquigny3 et accepte parfaitement aussi un ébruitement entre personnes sûrs, comme M. de Rességuier et M. Chesnelong par exemple. Ce n’est donc plus moi qui en suis responsable et je ne puis vous assurer que cette réponse a produit un effet très vif en faveur de celui qui l’a écrite et qu’on encourage à recommencer chaque fois que l’occasion s’en présentera.

M. de Mun m’est revenu toujours très aimable et pour ce que j’en vois désormais très raisonnable.

J’ai échangé beaucoup de cartes avec le nonce et je dois le voir demain.

Il ne me manque donc, chère Madame, que de vous savoir remise des malaises dont m’a parlé l’abbé Couvreux et de savoir que lui-même n’en veut pas trop à l’académie.

A. de F.

 

 

*Archives nationales – Fonds Castellane

1Juigné, Charles Gustave Leclerc de, comte (1825-1900), homme politique. Député de Loire-Inférieure de 1871 à 1898. Légitimiste ardent, il se fit inscrire à la réunion des Réservoirs. Sa fille Madeleine, mère de Boniface dit Boni et de Stanislas dit Bichette avait épousé Antoine de Castellane.

2François Lagrange (1827-1895), secrétaire de Mgr Dupanloup; vicaire général d'Orléans en 1860, chanoine titulaire de Paris en 1880, évêque de Chartres en 1889.

3R. Père Eugène Marquigny (1836-1885), jésuite.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «22 février 1880», correspondance-falloux [En ligne], BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, Troisième République, CORRESPONDANCES, 1880,mis à jour le : 22/04/2019