CECI n'est pas EXECUTE 15 décembre 1882

1882 |

15 décembre 1882

Alfred de Falloux à Pauline de Castellane

15 décembre 1882*

Chère Madame,

 

Je commence par vous restituer le duc de Broglie et sa touchante soumission, Lavedan et son petit-fils, Madame Craven et son impénitence finale. Cela fait, je suis tout à l’abbé Bernard1, qui, je l’espère va soutenir vaillamment son glorieux combat. Je l’y exhorte de mon mieux et je vois avec plaisir que Rochecotte en fait autant. C’est là où l’on va sûrement juger le nonce2.

Je suis charmé du discours de l’archevêque de Rennes3, mais je voudrais bien savoir à qui il parle et qui fait si bien revivre, l’éloquence de l’évêque d’Orléans4. Je devine bien que c’est l’évêque de Chalons puisque c’est le successeur de M. de Prilly. Mais quel est cet évêque actuel de Châlons5. Je n’en sais pas le premier mot, ce qui me fait grand honte, si l’éloge de l’archevêque de Rennes est mérité.

L’Etoile continue à garder le plus profond silence sur l’élection de Gaston de Rochebouët6, gendre de Charles de Quatrebarbe7, et cela est bien amusant quand on connaît les masques. Ah ! Si l’on voulait bien traiter l’extrême droite, comme elle le mérite comme elle deviendrait modeste !. Hilaire [de Lacombe] m’écrit qu’il renonce à sa visite à Angers et qu’il y substitue une rencontre à Rochecotte. J’accepte de grand cœur cette substitution, mes Mémoires8 à la main, car j’aurai grand besoin de conseils, avant de prendre un parti quelconque sur un sujet aussi délicat.

Si Biche veut improviser son voyage à Angers je n’y ai aucune objection car il me comblera toujours de joie mais lui et ses compagnons mourront de faim s’ils se livrent au hasard de moi qui mange peu et de M. André9 qui ne mange pas du tout ! Veuillez me renvoyer, quand vous l’aurez lu l’Univers d’hier.

 

*Archives nationales. Fonds Castellane.

 

 

1Bernard, Eugène (1833-1893).

2Mgr Di Rende (1847-1897),qui venait de succéder à Mgr Czacki était beaucoup moins favorables aux catholiques libéraux que son prédécesseur.

3Charles Philippe Place (1814-1893) succéda, le 15 juin à Mgr Brossay Saint-Marc à la tête de l'archidiocèse de Rennes. Ordonné prêtre en 1850, il fut vicaire de Mgr Dupanloup à Orléans, puis partit séjourner à Rome comme auditeur de Rote pour la France. Préconisé évêque de Marseille en 1866, il fit partie de la minorité opposé au dogme de l’infaillibilité pontificale. Autant dire que Mgr Place était plutôt de l'école de Mgr Dupanloup que de celle de Mgr Pie.

4Mgr Dupanloup.

5Mgr Sourrieu, Guillaume Marie (1825-1899), ordonné prêtre en 1847, chapelain du sanctuaire de Rocamadour, puis chanoine honoraire de la cathédrale de Cahors, il sera nommé évêque de Châlons le 25 septembre 1882, succédant à Mgr Meignan nommé à Arras.

6Gaston de Grimaudet de Rochebouet (1847-1909), général et homme politique. Propriétaire foncier à Chaumont d'Anjou (Maine-et-Loire), il fut brièvement président du conseil sous la présidence de Mac-Mahon, du 23 novembre au 13 décembre 1877. Ces deux notables angevins venaient d'être élus à l'occasion des élections cantonales du 8 octobre 1871 au cours desquelles deux tiers des 2860 sièges avaient été conquis par les républicains.

7Charles de Quatrebarbes, (1824-1893).

8Falloux est alors en train de rédiger ses Mémoires qui seront publiées après sa mort, en 1888, sous le titre de Mémoires d’un royaliste, Perrin, 2 vol..

9Secrétaire de Falloux.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «15 décembre 1882», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1882,mis à jour le : 14/01/2019