CECI n'est pas EXECUTE 30 août 1871

1871 |

30 août 1871

Alfred de Falloux à Jules de Bertou

Caradeuc , 30 août 1871

Cher ami, j'ai bien porté le deuil de votre départ et de mon absence de Rochecotte, car j'ai passé lundi, mardi, et le mercredi presque tout entier dans mon lit, et hier j'ai encore payé le même tribut, avec des douleurs plus aiguës ce matin, je profite d'un peu de répit pour vous remercier de la part de Madame de Caradeuc1, qui a reçu hier votre bonne lettre, et Madame de Castellane de la part de Marie, qui achève, en ce moment, en vrai homme d'affaires les marchés ébauchés par M. Lemanceau2. Une bien aimable lettre de la chère princesse Radziwill3 me fait espérer que mon paquet d'autographes lui a été agréable ; assurez-la bien que rien ne pouvait me faire plus de plaisir, si ce n'est de profiter des quelques jours qu'elle donne encore à la France ; malheureusement, je crains bien d'être condamné à ajourner cette joie jusqu'à l'année prochaine, car mes trois femmes ne sont point en mesure de se mettre en route à cette heure-ci, et j'ai de tristes motifs pour ne point les quitter.

Avez-vous trouvé le volume Lacordaire dans la bibliothèque de Rochecotte et avez-vous entamer votre travail d'amélioration sur ce chapitre. Ne soyez pas ingrats envers ma docilité, comme vous m'assurez de lettres envers votre humilité, et ne vous dissimulez pas que mes quelques rognures, fussent-elles mal inspirée, n'empêchent pas Madame Swetchine de profiter largement de tout ce que vous avez fait et voudrez bien encore faire pour elle.

Voudrez-vous communiquer à Madame de Castellane, en demandant que cela ne sorte point du cercle féminin, la copie textuelle du billet suivant que je reçois de l'évêque d'Orléans4 :

Mon cher ami, on désire qu'une réunion se tienne avant le 4 Xbre, pour préparer un peu le plan de campagne de la session ; et on désirerait que cette réunion se tint chez vous, du 15 au 30 9bre, au moment qui vous conviendrait le mieux.

Voici les noms auxquels on a pensé : voyez ce que vous voudriez ajouter ou retrancher.

Je n'en serais pas, mais gérer très probablement vous voir auparavant. Soyez assez bon pour m'en écrire à Menton Saint-Bernard, Haute-Savoie. Tout avoue du fond du cœur, en N. S.

Suivent 24 noms.

Je vais répondre d'abord que je n'ai point de logement suffisant pour une telle réunion ; ensuite, que la plupart de ces gros bonnets se diront trop occupés, pour s'écarter autant de leur chemin ; enfin, que n'étant point de l'Assemblée, je n'ai pas titre pour me donner de tels airs !

Reste l'annonce que l'évêque me destine une visite avant le 15 novembre. Cela peut coïncider avec notre excursion à Rochecotte. Conviendrait-il à Madame de Castellane que j'y offrisse un rendez-vous à l'évêque. Antoine [de Castellane] et Monsieur de Juigné5 qui sont, bien entendu dans les vingt-quatre, auraient-il envie de se joindre à l'évêque, à Rochecotte et d'y amener quelques collègues, ce qui serait moins loin que le Bourg d'Iré et mieux justifié par la présence d'Antoine. Je n'en toucherai pas un mot à l'évêque avant que Madame de Castellane ait eu le temps de réfléchir et de me faire connaître le résultat de ses réflexions. En attendant, je vais répondre à l'évêque par de simples paroles de bonne volonté très sincère dans la limite de ce que comportent les logements du Bourg d'Iré. Au revoir prochain, en tous cas, je l'espère, cher ami. Vous avez du recevoir une lettre de mon frère6.

Alfred

1Emilie-Charlotte de Caradeuc, née de Martel (1800-1882), belle-mère de Falloux.

2Régisseur du domaine des Falloux, Baptiste Lemanceau, ancien élève de la ferme-école de la Mayenne vivait dans les bâtiments annexes du château de la Maboullière.

3Marie Dorothée Élisabeth Radziwill, princesse (1840-1915), née de Castellane, elle est la fille de Pauline de Castellane, la châtelaine de Rochecotte. Le 3 septembre 1857, elle avait épousé à Sagan, en Pologne, Frédéric-Guillaume-Antoie, prince Radziwill (1833-1904), militaire prussien. Femme de lettres, on lui doit la publication des Souvenirs de sa grand-mère, la Duchesse de Dino, Chronique de 1831 à 1862, Paris, Plon, 1909-1910, 4 vol.

5Juigné Charles Gustave Leclerc de, comte (1825-1900), homme politique. Député de Loire-Inférieure de 1871 à 1898. Légitimiste ardent, il se fit inscrire à la réunion des Réservoirs.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «30 août 1871», correspondance-falloux [En ligne], Troisième République, BIOGRAPHIE & CORRESPONDANCES, CORRESPONDANCES, 1871,mis à jour le : 20/11/2016